08. Agonie des sémaphores

08. Agonie des sémaphores

Depuis trois jours, je n'ai plus aucune nouvelle du continent. Je ne suis pas inquiète, je sais qu'ils s'inquiéteront pour moi bien avant. La radio poursuit son grésillement et je me roule en boule dans les draps. Aujourd'hui, c'est tempête. Impossible de sortir du lit. On pourrait dire que je n'ai envie de rien, mais c'est tout le contraire. Je veux tout, je veux trop. Et je n'ai pas assez de temps. Alors, peut-être que si je ne bouge pas, ou que si je bouge très lentement, le temps va s'allonger jusqu'à l'infini, et me laisser tout faire. En attendant, Youg me regarde et agite sa queue comme une pendule.